Nsekera perd la bataille pour la fédération Burundaise de football face à l'ancien combattant rebelle Ndikuriyo

Le choix personnel du président Sepp Blatter comme la première femme élue de son comité exécutif a été évincé de sa propre fédération , après neuf ans passés à la tête . Lydia Nsekera , élue au sanctuaire de la FIFA en grande pompe au Congrès de cette année à l'île Maurice , a été remplacée à la tête de l'association de football du Burundi, un coup inopportun aux efforts mondiaux visant à accroître l'influence des femmes administrateurs de football .

Nsekera était l'une des rares femmes à avoir dirigé une fédération nationale et est membre du Comité international olympique. Mais elle a été battue 31 voix contre 25 par le sénateur Révérien Ndikuriyo lors d'un scrutin au bulletin secret, en présence d'observateurs de la FIFA et de la Confédération africaine de football.

Le vote ne porte pas atteinte à l'adhésion de Nsekera au comité exécutif de la FIFA . Elle va continuer à exercer son mandat jusqu'en 2017 malgré la perte de la puissance de sa base nationale, mais son profil affaiblie sera vu avec une certaine inquiétude par les hauts gradés de la FIFA .

Ndikuriyo , un ancien combattant rebelle , est président de Black Eagle , une équipe de deuxième division dans la province de Makamba, au sud-est du Burundi . L'élection a été retardée depuis Février, en raison d’attaques entre les prétendants rivaux.

Nsekera , dont la défaite laisse Isha Johansen de la Sierra Leone comme la seule femme patron d’une association de football , a été coopté par la FIFA lors du Congrès de l'an dernier à Budapest . Puis, à l'Ile Maurice, elle a gagné une bataille électorale à trois têtes contre Moya Dodd de l'Australie et Sonia Bien-Aimé des îles Turks & Caicos . Ses deux rivales battues, elles-mêmes, étaient cooptés à l'exécutif de la FIFA .

 

By Andrew Warshaw

In Inside World Football