Les clubs espagnols risquent l'effondrement si l'UE conclut que les subventions fiscales étaient illégales
liga

17 décembre –

Sept clubs espagnols, dont le Real Madrid et Barcelone, pourraient être mis en examen pour avoir obtenu une aide ou des prêts d'État illégaux, en violation des règlements de l'Union européenne. Aussi bien que les deux géants du football, Osasuna et l’Athletic Bilbao sont accusés d'avoir reçu des allégements fiscaux injustes en raison de leur statut juridique de clubs appartenant à des membres plutôt qu’a des actionnaires alors que Valence , Elche et Hercules sont confrontés à une enquête sur des prêts présumés qui leur auraient été offerts par les autorités régionales.

Les clubs et le gouvernement auront un mois pour répondre aux accusations de la Commission européenne. Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Garcia Margallo insistant pour dire que les sanctions seront fermement combattues. " Le gouvernement va se battre jusqu’au bout pour défendre les clubs espagnols, car ils font également partie du label espagnol" a-t-il déclaré.

Le porte-parole de Barcelone Toni Freixa a déclaré aux médias espagnols que la structure d'entreprise du club était en conformité avec le droit espagnol. Mais en dépit d'être l'une des ligues les plus populaires dans le monde, le football espagnol souffre d'un grave déséquilibre financier, alimenté par le fait que les plus grandes équipes continuent à vendre leurs droits de télévision au détriment des équipes moins cotées.

Au total, les 20 clubs de la Liga ont combiné des dettes d'environ 3,5 Md €, alors que 22 des 42 clubs du pays dans les deux premières divisions ont été placés sous administration au cours des deux dernières années.

L'obtention des exemptions fiscales lourdes aide les présumés coupables à acheter les meilleurs joueurs - donc leur donne un avantage injuste face à leurs rivaux européens . En réponse à une demande officielle de son médiateur, hier, la Commission européenne a déclaré qu'une décision de procéder ou non, à une enquête pour savoir si le taux de la taxe imposée sur le Real Madrid , le FC Barcelone , Athletic Bilbao et Osasuna est conforme à la législation européenne sera examinée lors d'une réunion demain.

Le Médiateur européen Emily O'Reilly, a déclaré à la Commission européenne de cesser de retarder une décision sur l'opportunité d'ouvrir une procédure contre l'Espagne sur les avantages fiscaux déloyaux allégués pour certains clubs de football espagnols - une plainte à l'origine faite il y a quatre ans par les investisseurs d'autres clubs de football européens.

Les clubs pensent que l'inaction de la Commission pourrait être liée au fait que le commissaire responsable supporte l'une des équipes de football en question et a été ministre dans le gouvernement espagnol qui a décidé des avantages fiscaux à l'époque. Le plaignant affirme que les avantages fiscaux peuvent désormais s'élever à plusieurs milliards d'euros et qu'ils ont été accordés à un moment où le gouvernement espagnol demandait des centaines de milliards d'euros des contribuables de la zone euro.

" Pour autant que je sache il y avait rien d'illégal ", a déclaré Margallo. " Mais je suis préoccupé par le préjudice que les clubs peuvent en subir. "

Toute procédure prendrait des mois à aboutir, mais si les clubs sont reconnus coupables, ils devront rembourser les sommes obtenues illégalement.

Freixa a déclaré que toute enquête serait sans fondement puisque le Barça n’a " jamais reçu n'importe quel type d’aide publique. "

Et la ligue espagnole a déclaré dans un communiqué qu’elle " veut montrer publiquement son soutien inconditionnel et absolu à tous les clubs et les institutions de gestion affiliées en général et ceux soumis à l'enquête en particulier. "

 

souce: inside world football