Mel Théodore fait n’importe quoi !
Mel Théodore, pour sa première sortie après sa nomination à la tête du ministère des Sports a été trahi par sa pensée profonde qu’il n’a pas eu le courage d’exprimer au Président de la République : « Je n’aime pas le sport et en particulier le football ». Aujourd’hui, ce bleu du sport traduit dans les actes sa pensée première que certaines personnes acquises à sa cause ont vite fait de qualifier de coup médiatique.

Mel Théodore, pour sa première sortie après sa nomination à la tête du ministère des Sports a été trahi par sa pensée profonde qu’il n’a pas eu le courage d’exprimer au Président de la République : « Je n’aime pas le sport et en particulier le football ». Aujourd’hui, ce bleu du sport traduit dans les actes sa pensée première que certaines personnes acquises à sa cause ont vite fait de qualifier de coup médiatique. En réalité, Mel Théodore ne connait rien en matière de sport qu’il n’aime pas et en particulier le football. Il a réussi en peu de temps à se mettre à dos toute la classe sportive ivoirienne tant sa gestion du sport est approximative. En tout cas, pour le peu qui nous a été donné de constater à l’occasion du Mondial 2010 en Afrique du Sud.


Choix douteux des membres de la délégation sud-africaine

Tout est parti de la création du CONAGES pour la gestion en lieu et place du CNSE des 2 milliards alloués aux supporters et à la délégation ivoirienne devant se rendre en Afrique du Sud. Le CNSE qui, comme le reconnaît le président Jacques Anouma, « a démontré son professionnalisme en matière d’organisation et de gestion des supporters », s’est vu infliger au dos un pseudo CONAGES au rôle flou. En réalité, il y avait 2 milliards en jeu et le ministre voulait avoir la main mise sur la gestion des fonds. Au finish, désordre et mécontentement dans le choix des membres de la délégation ivoirienne.


Humiliation des supporters et membres de la délégation partis en Afrique du Sud

Lors du séjour en Afrique du Sud, cafouillage et humiliation des supporters et des membres de la délégation (anciens ministres des sports, personnalités politique, dirigeants sportifs et anciennes gloires du football ivoirien), ont prévalus. Par son attitude désinvolte, sans doute préoccupé par les délices qu’offre une villégiature, le ministre des sports a tout simplement humilié la République. Ouattara Bakary, président du COK, après avoir décrit l’humiliation subie, n’est pas allé de main morte dans une interview accordée au quotidien Le sport : « Je ne parle pas en tant que membre de la Conférence des présidents, mais en tant que supporter ivoirien parti soutenir les Eléphants grâce à l’Etat de Côte d’Ivoire et qui a été lésé. Il y avait une mauvaise organisation. Le nouveau ministère, celui de Mel Théodore, a démontré qu’il n’a pas l’expérience dans l’organisation des grands événements », avant de trancher : « J’accuse le Président de la République et le Premier ministre qui ont nommé un homme qui n’aime pas le football et qui a crée une structure pour gérer les supporters. On doit faire un audit sur l’utilisation des 2 milliards car, le CONAGES de Mel n’a rien fait ». Cela se passe de tous commentaires.


Ingérence dans les affaires de la Fédération ivoirienne de football

Voici donc un bleu dans la forêt du sport ivoirien qui parle aujourd’hui de mettre de l’ordre à la Fédération ivoirienne de football. Peut-être encore un coup médiatique comme sa première sortie ? Mais à toutes fins utiles, qu’il sache que l’ingérence de l’Etat dans les affaires des fédérations de football est formellement interdite par la FIFA, l’instance internationale du football. Plusieurs cas antérieurs et plus récemment celui du président du Nigeria qui avait tenté de suspendre les sélections nationales nigérianes de football de toutes les compétitions sur une période de deux ans est encore bien vivace dans les esprits pour que le ministre ivoirien des sports fasse preuve de mesure dans ses propos.
A l’instar des ministères de l’économie, de la communication, du transport etc…le sport est un ministère tout aussi technique. Il ne faut donc pas nommer n’importe qui pour faire n’importe quoi ! Surtout, quand on sait l’importance du sport en général et du football en particulier dans la société ivoirienne. Le ministre Mel Théodore est donc dans un univers dont il ne maîtrise aucun paramètre. Sous d’autres cieux, son honnêteté intellectuelle lui recommanderait de démissionner. Jean Louis Billon, le président du CNSE a montré l’exemple. Mais c’est Mel et Mel, ça ne démissionne pas, ça farote et ça mange !

Extrait d’un article du journal le sport No 2193 du jeudi 8 juillet 2010