Coupe du monde : Le Costa Rica peut-il refaire le coup face à l'Italie ?
Dans le groupe D, en compagnie de l'Angleterre, l'Italie et l'Uruguay, le Costa Rica ne devait être qu'un faire-valoir. Mais après leur victoire face à la Celeste (3-1), «Los Ticos» sont regardés différemment, avant d'affronter la Nazionale vendredi (18h00).
«Nous aurons la même approche contre l’Italie et nous sommes confiants en nos forces» a déclaré, plein d’assurance, le sélectionneur costaricain, Jorge Luis Pinto, à l’issue de la victoire des siens face à l'Uruguay (3-1). Mais le Costa Rica a-t-il les moyens de rééditer l’exploit face aux quadruples champions du monde ? Ci-dessous, retrouvez trois raisons qui laissent penser que oui.
 

Parce que Campbell est en feu

Joel Campbell, 22 ans, a ruiné les espoirs de la Celeste, samedi soir à Fortaleza. Désigné homme du match par la FIFA, l’attaquant a livré une partie impressionnante, harcelant systématiquement la défense uruguayenne, qu’il a fini par surclasser. A la 54e, sa lourde frappe des 16 mètres n’a laissé aucune chance à Muslera. Et c’est encore lui qui a permis au remplaçant Marco Urena de clore la marque sur une superbe ouverture. Joel Campbell est sous contrat avec Arsenal depuis 2012 mais a été prêté successivement à Lorient, au Betis Séville, et à l’Olympiakos cette saison, avec lequel il a inscrit 8 buts en 32 matches de Liga. Mais dimanche, Arsène Wenger s’est enfin décidé à l’intégrer à son effectif pour l’exercice 2014-2015. Ultime preuve que Campbell est au plus haut actuellement, et va avoir envie de le prouver face à la Nazionale. Sa déclaration d’après-match prouve que le numéro 9 est ambitieux : «C'est un premier pas, ce n'est pas toute la Coupe du monde
 

Parce que le Costa Rica est à l'aise dans les duels

Jorge Luis Pinto a mis en place une vraie armée défensive, prête comme il l’a expliqué «à aller à la guerre». Le Costa Rica est l’équipe qui a encaissé le moins de buts durant la phase de qualifications de la zone CONCACAF (sept, soit un de moins que les Etats-Unis). Le système à cinq défenseurs s’accorde avec la philosophie prônée, une assise ultra-solide, et des contre-attaques rapides. Lors du duel intense face à l’Uruguay, Los Ticos ont prouvé qu’ils avaient du répondant dans les duels (60 en leur faveur contre 58 pour l’Uruguay). «Nous avons remporté 80% des balles aériennes. Le plus important était de rester calme, bien en place défensivement», a expliqué le sélectionneur. L’Italie, qui malgré sa victoire face à l’Angleterre samedi (2-1) a perdu dans la bataille des duels (40 contre 32), est prévenue, et cherchera à les éviter au maximum.
 

Parce que le Costa Rica a le soutien de tout un peuple

Les Olés des supporters costaricains à chaque touche de balle de leur équipe lors de la seconde période face à l’Uruguay illustre le phénomène. La Sele n’a perdu aucun de ses matches de qualifications sur son terrain (cinq matches, cinq victoires), grâce à un douzième homme toujours présent. Ils sont nombreux à s'être déplacés au Brésil. Le pays tout entier vit au rythme de compétition. Les images du néo-président Luis Guillermo Solis en liesse dans son salon après la victoire de ses compatriotes en est une preuve supplémentaire. Les tifosi italiens auront à qui parler à l’Arena Pernambuco de Recife.