Mel Eg Théodore (Ministre du sport et de la salubrité urbaine)
Sur la prestation des Eléphants au Mondial: « Je n’exprime pas de satisfaction particulière suite à l’élimination des Eléphants dès le premier tour du Mondial. Le bilan est globalement acceptable parce que nos joueurs ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Comparaison faite aux précédentes prestations.

Sur la prestation des Eléphants au Mondial: « Je n’exprime pas de satisfaction particulière suite à l’élimination des Eléphants dès le premier tour du Mondial. Le bilan est globalement acceptable parce que nos joueurs ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Comparaison faite aux précédentes prestations. Que ce soient celles de la CAN ou des matches amicaux dans le cadre de la préparation du Mon dial. Je pense qu’ils ont confirmé leur statut de grande équipe. En tenant en échec le Portugal, troisième équipe au classement FIFA. Ils ont résisté face au Brésil et montré qu’ils étaient à même de remporter le gain de la partie. Parce que, si nous voulons être tatillon sur l’arbitrage, on se rend compte que ce qui reste de la substance, c’est 1-0. Ce qui veut dire que le Brésil n’est pas une équipe imbattable ».

Sur le maintien ou non de Eriksson à la tête de l’encadrement technique des Eléphants : «  La décision appartient à la Fédération ivoirienne de football qui a vécu au quotidien le travail de M. Eriksson. Nous, en tant que tutelle, estimons que ce technicien a tenu ses engagements. Il a fait du bon travail. Il a été apprécié par les joueurs et les dirigeants. Même l’opinion générale souhaite le voir continuer l’aventure. Seulement voilà, il semble qu’Eriksson a d’autres engagements. Le football est devenu un véritable business, de sorte qu’on donne toujours au plus offrant ».

Sur l’organisation de la FIF : «La Fédération ivoirienne de football n’a pas organisé d’assemblée générale depuis trois ans. Il va falloir que cette affaire soit réglée. Le Conseil national du sport crée depuis belle lurette n’a jamais fonctionné. Nous allons le faire fonctionner. Le Comité national olympique plus ou moins endormi doit être tiré de son sommeil ».

Sur la démission de M. Jean Louis Billon, ex-président du CNSE et le supposé conflit d’intérêt entre le CNSE et le CONAGES : « Ce sont des débats qui n’ont pas de sens. Dès ma nomination à la tête du Ministère des Sports, Jean Louis Billon m’a rendu visite, à ma résidence. Il m’avait annoncé qu’il partirait de la présidence du Comité national des supporters des Eléphants après la coupe du monde. Il avait manifesté le désir de ne plus poursuivre sa mission à la tête du CNSE. Il me l’a dit en présence de certains membres de son comité. C’est ça qui est la vérité. Ce n’est pas autre chose. Pour le reste, ce n’est que de la spéculation. Je laisse les gens spéculer (…) Lors de la visite de courtoisie qu’il m’a rendue à mon domicile après que j’ai hérité du Ministère des Sports, il avait l’intention de partir. Il y a un amalgame volontiers qui est entretenu sur la création du Comité national de gestion des événements sportifs (CONAGES) par tous ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Le CNSE rassemble les opérateurs économique, alors que le CONAGES réunit un certains nombres de journalistes. C’est un instrument de promotion de tous les sports. Le CNSE s’occupe des Eléphants. La différence est nette et saute aux yeux. Ce sont deux instruments différents, mais complémentaires. C’est faux de dire que le CONAGES phagocyte le CNSE. Le CONAGES a servi à promouvoir la participation des Eléphants à la coupe du monde. Cela a permis de réveiller la fibre patriotique des ivoiriens.

Le CONAGES a pour mission de communiquer autour des événements sportifs nationaux et internationaux, tandis que le CNSE a pour vocation d’encadrer les supporters ».

Extrait d’une interview parue dans Stades d’Afrique No 345 du lundi 05 juillet 2010