Jacques Anouma dévoile le projet sportif de Gbagbo

Chargé de présenter le projet sportif du candidat du LMP Laurent Gbagbo, notamment le sport de compétition et sport de masse, le président de la Fédération Ivoirienne de Football, Jacques Anouma qui avait à ses côtés maître Roger Ouégnin et Benjamin Djédjé, a, dimanche dernier au « Village électoral »  sis au palais de la culture, relevé quatre faiblesses dans ce domaine à savoir le cadre juridique, les infrastructures, la formation et le financement avant de dévoiler le projet sportif de son candidat.


Statut juridique
Jacques Anouma a dit que la loi n° 60-375 du 21 septembre 1960 qui régit la pratique du sport en Côte d’Ivoire a connu des résultats plus ou moins satisfaisants. Pour le président Gbagbo, dit-il, il faut l’adapter à la situation actuelle. Et les clubs et les autres associations sportives doivent être reconnus légalement et figurer dans le journal officiel de Côte d’Ivoire. En le disant, le président de la FIF a donné beaucoup d’exemples d’associations sportives non reconnues par l’Etat et qui ont connu en conséquence des conflits en leur sein à chaque changement de dirigeants.

Construction de complexes sportifs
Après Côte d’Ivoire 84, selon Jacques Anouma la Côte d’Ivoire n’a pas construit de stade pour la pratique du sport. Même les infrastructures sportives existantes ne sont pas opérationnelles de façon satisfaisante. C’est pourquoi le président Gbagbo annonce la construction d’un stade Olympique à Abidjan et des complexes de proximité dans les communes.  Il va engager les collectivités territoriales et les conseils généraux à bâtir un complexe sportif dans chaque lieu de région.

Développer l’éducation physique et sportive à l’école
Le candidat de la majorité présidentiel entend réhabiliter l’Institut National de la Jeunesse et des sports(INJS). Et faire de cette école une référence.  Il promet le renforcement de l’enseignement de l’éducation physique au sein des établissements scolaires (aménagement des horaires, enrichissement des programmes et, compétitions OISSU). L’obligation pour tout nouvel établissement public ou privé de créer des infrastructures sportives à partir des normes validées par le ministère de sport et la création des établissements des sports-études.

Vulgarisation de la pratique sportive
La nouvelle politique sportive du président Gbagbo va obliger les entreprises et les opérations immobilières de créer des infrastructures sportives validées à partir des normes par le ministère des sports.

Autonomie des fédérations
Chaque fédération doit créer un cadre institutionnel réglementaire pour la formation des sportifs. Elle fera la promotion des métiers de sport (entraîneurs, Kinés, gestionnaires de complexes sportifs, équipementiers, journalistes sportifs etc.)

Financement
Le candidat de la majorité présidentielle envisage de créer un fond national de développement du sport (FNDS). Ce fond sera alimenté par la subvention de l’Etat, la parafiscalité sur les produits de consommation (alcool, tabac), les matières premières et les produits miniers (café, cacao, palmier à huile, hévéa, ananas, pétrole, or, diamant, gaz, manganèse, bauxite, fer, etc.  )
La gestion du FNDS sera assurée par un conseil d’administration constitué de fédérations, ministère de l’économie et des finances, ministère des sports. Le fond prendra en compte la subvention aux associations sportives, les régies de retraite des athlètes de haut niveau et la subvention aux clubs engagés dans les compétitions internationales.

Loisirs
Dans la nouvelle politique du président Gbagbo, les loisirs n’ont pas été oubliés. Il va mettre en place une politique de loisir tenant compte des spécificités de chaque région. Et bien entendu cela se fera dans un cadre réglementaire.

                                                                                          Notre voie n°3738 du mardi 23 novembre 2010