la candidature de la solidarité sportive
election à la CAF

Jacques Anouma, on peut le dire, sera effectivement candidat à la présidence de la CAF lors de l'élection prévue pour 2013. Le président de la République, Alassane Ouattara, lui a officiellement apporté sa caution en marge des Jeux Olympiques Londres 2012 qui se déroulent en ce moment dans la capitale anglaise. C'est l'occasion de faire quelques précisions. Le président de la République n'a pas reçu l'ancien patron du football ivoirien en tête-à-tête pour lui témoigner son soutien. A Londres, c'était l'affaire de tout le mouvement sportif ivoirien avec à sa tête le ministre des Sports et Loisirs, Philippe Légré. C'est d'ailleurs à ce dernier que le président Ouattara a confié le dossier de la candidature du président Anouma au niveau du gouvernement ivoirien. Le mouvement sportif ivoirien, qui est l'un des plus représentatifs du continent africain avec le général Lassana Palenfo, président de l'association des Comités nationaux olympiques d'Afrique, le pendant du président de la CAF au niveau des jeux olympiques, a été solidaire du candidat Anouma. Le président Ouattara a apprécié cette solidarité et tient à la défendre. Dr Alphonse Bilé, secrétaire général de FIBA Afrique, professeur Alain Ekra, président de l'Association des Comités nationaux olympiques francophones et président émérite de FIBA Afrique ont, en compagnie du président Palenfo, décidé de soutenir la candidature de Jacques Anouma. A Londres, c'était donc une rencontre familiale qui a magnifié l'esprit sportif autour de cette candidature ivoirienne. Ce n'était pas une affaire personnelle au profit de Jacques Anouma. C'est dans ce même ordre d'idée qu'ici même, une personnalité comme Vakaba Touré, vice-président du PDCI et ancien directeur de l'ENS s'est prononcé en faveur de cette candidature et que les présidents des clubs de football ont pris position pour lui. Il était important de lever certaines équivoques pour ne pas laisser prospérer toutes sortes de susceptibilités. L'acte de candidature que l'ex-président de la FIF pose en ce moment est très important. Il est aussi important qu'une qualification pour la CAN. Il ne faut pas croire qu'aveuglé par sa candidature, le président Anouma ne voit rien, ne considère rien à part ça. Le penser serait faire fausse route. Les Ivoiriens doivent autant se soucier pour un tour éliminatoire de la CAN que pour une candidature à la présidence de la CAF. Les deux vont de paire. Il faut donc qu'ils s'impliquent réellement à faire en sorte que cette candidature ivoirienne ait une meilleure trajectoire jusqu'à l'ultime objectif. Ce qui s'est passé à Londres ayant démontré aux yeux du monde entier qu'Anouma est soutenu au sommet de l'Etat, il faudra ensemble, se battre pour conquérir les voix pour la victoire finale.

Litié BOAGNON

in l'Inter du 1er Aout 2012